Et vint 2020

Publié le par gribouille

A B. avec lequel tout a commencé et qui me manque. 

A D. qui, alors que j'admirais une très belle femme, parfaite sous tout rapport, me dit sur un ton désabusé : "la perfection n'a pas d'invention."

A P. qui me  parle poésie sur un trottoir à minuit.

A M. qui a su me surprendre avec ses portés.

A Pierre qui ne se souvient jamais de mon prénom. 

A S. qui se fait trop rare. 

Et à tous les autres, aimés ou détestés, fuis ou recherchés … (je ne vous refais pas le coup de l'alphabet)

***

 2020 : une année redondante?

L'année est venue s'échouer sur les plages du révolu. Je n'aime pas les bilans, ils ont quelque chose de définitif, et forcément d'erroné : le regard rétrospectif est toujours un regard situé en un espace-temps tout étriqué, lui même déjà expirant. 

Pas de bilan donc. 

Juste un  dernier article. Je ne renouvelle pas mon abonnement, des publicités vont dorénavant apparaître, et mon blog va disparaître, expirant à l’orée de cette nouvelle année, que je vous souhaite belle et joyeuse, car seules la beauté et la joie pourront préserver quelques parcelles de ce monde.

Pourquoi arrêter ? La question serait plutôt : pourquoi continuer ? 

A tel point que je la fais sobre là tout de suite, quelques mots tout au plus. 

Merci à Alain et Claudine, mes fidèles lecteurs, dont les commentaires vont me manquer. Et aux autres, tout aussi fidèles,  pour m'avoir suivie ces 5 années. 

Que la danse continue !

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gabriel 06/01/2020 17:59

Awww, zut!
J'ai eu plaisir à nous voir dans tes yeux et tes mots.

gribouille 07/01/2020 07:34

Merci Gabriel. et moi j'ai eu plaisir d'avoir eu tes visites par ici. :)

Alain 05/01/2020 19:21

Ce blog me manquera. Il faudra ouvrir une autre porte.
Le tango ne s'oublie pas, n'est-ce pas ?
Perso, ce n'est pas le tango qui attirait mes yeux sur tes lignes, tu le sais.
Donc, ces lignes j'aimerais encore les parcourir parce qu'elles valent cher.
Au revoir Sandrin'
Au revoir Sandrin'

gribouille 06/01/2020 06:58

Merci Alain, et merci pour tous tes commentaires : chacun d'eux comme une suite obligée à un post, un prolongement toujours attendu, plein d'humour/de questionnement/d'impertinence/d'à-propos/etc. Non le tango ne s'oublie pas, et oui je suis d'autres projets, dont un chronophage (mais chut… c'est en cours, sans doute un site bientôt, ou autre, je cherche le meilleur moyen pour présenter ça…)…. surprise…!

Nathalie 05/01/2020 18:40

Ah ben flûte alors ! Tu d-ecris si bien, ça va me manquer..
J’aime ton doux acide, piquant, désabusé parfois, amusant
Bisou !

gribouille 06/01/2020 07:10

C'est tout de même curieux de voir comment un blog peut créer des liens véritables à travers le temps, tu as fait partie du paysage familier de ce dernier : je t'en remercie. A bientôt en tout cas. Bisou !