Une oreille qui pique

Publié le par gribouille

Dimanche soir, j'arrive en milonga persuadée  que je ne sais plus danser, rien, nada, tellement je danse peu en ce moment. Je perds confiance, sens bien que je manque de fluidité, d'allant. En sortant, un mec, aperçu au bar, m'apostrophe, me complimente pour ma danse, merci, mais - mais  il est juste là en touriste, ne sait pas danser, donc. On tape la causette, trois minutes montre en main, le temps d'un tango, au-delà c'est la déception  quasi assurée, l'ennui peut-être. Que tout soit léger, et passager : le temps d'une tenda devient mon mètre étalon. ça pourrait paraitre peu, pas assez, mais c'est toujours suffisant, pour aimer, rire, ou se faire grand  chier gênée par  trois poils drus oubliés sur  l'oreille d'un danseur .  

hé bien ! je ne me suis pas loupée !

 

Je ne sais plus danser, affirmation bien sur dénuée de fondement :  qui sait jamais vraiment danser ? Disons plutôt que  je ne progresse pas, sans doute même régressé-je, je tourne et ganchosise, pivote et bole-ose, mais  - mais il manque. Quoi donc ? Seulement de l'entrainement ? des cours ? ou plus que ça ?   Si je continue ainsi,  je vais  bientot devoir me contenter de l'oreille qui pique du  danseur  pour, comme lui, finir  par sautiller lourdement  pour marquer la mesure… Dois-je me résigner, jusqu'à, mimétisme aidant, me laisser pousser les poils sur les jambes pour piquer à mon tour  les quelques rares danseurs qui voudront bien m'inviter ?  

Alors hier, à l'heure du goûter, ou du thé, comme vous voudrez, vaillante, et prête à relever tous les défis,  j'ai pris mes chaussures, mon cabas et ma pince à épiler et suis partie pour une milonga non loin de chez moi (au retour j'irai acheter des coquillettes en vrac). Mais - mais, arrivée là bas, j'ai hésité peu convaincue par l'ambiance et les danseurs, suis repartie alors acheter mes coquillettes en vrac, me disant que tout de même j'étais encore un peu jeune pour la maison de retraite. Chaque chose en son temps. 

Alors quoi ?

Alors. 

Recherche excellentissime danseur, grand, mais pas trop, à l'âme héroïque (cape de superhéros facultative) et à la conversation minimaliste, sachant supporter mes piques et mes tocs, pour cours réguliers niveau avancé,  20ème dan.

Je ne vois que ça pour me sauver de la médiocrité. Pas sure que mon gribouillis attire grand monde, encore moins la perle rare.

 

Publié dans fouillis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alain 23/10/2019 18:16

Pas sûr.
Mais le poisson, malgré ses tics et ses tocs, a de belles écailles. Et sait frétiller.

gribouille 24/10/2019 16:54

ah donc ? bonne à pêcher, bonne à pécher. Il s'agissait bien de piques, je n'ai aucun tic :):) m'enfin, puisque tu sembles versifier malgré toi, je te laisse tes tics. :)