Des chaises musicales pour meubler

Publié le par gribouille

Milong à fleurs pour la soirée du vendredi. Et pourquoi pas Milonga HS ?

Non, c'est moi qui suis Hors Sujet. Un petit peu à l'ouest. Forcément à Bordeaux... ! cité du vin, et du tango pour un week end. Cité du vin surtout.

J'avais déjà  lors de mon départ en train pu méditer sur le concept des chaises musicales.

Ejectée du wagon 3, siège 325, par le titulaire de la place, puis éjectée du wagon 13 siège 325 par le titulaire de la place (c'était peut-être le même bonhomme mais je ne l'ai pas reconnu) pour revenir finalement au wagon 3, siège 309.

Verdict : c'est pas le moment de jouer au loto. Les chiffres me jouent des tours.

Au tango les chaises musicales c'est l'inverse des règles habituelles.

Assise tu es perdante

Gagnante, tu laisses ta chaise à la perdante.

Hier soir je n'avais pas trop le moral d'une gagnante.

J'ai passé cette petite soirée attifée comme la reine de pique (car, bien sur, je n'ai plus rien à me mettre, et dans mon cas aucune mauvaise foi de ma part, je n'ai plus rien, car plus rien ne me va, tout est défraichi, usé, trop petit ou trop déformé, trop étroit (oui vous l'aurez compris, j'ai un peu grossi), démodé). En plus j'ai passé la soirée à parler dans ma barbe (oui, pour une femme, vous avouerez que l'expression n'est pas très heureuse) inquiète de mon haleine, car une personne mal intentionnée (ah quelle perfidie !) m'avait servi au repas du soir une salade pleine d'oignons. Du coup, si ces messieurs qui m'ont invitée hier ne me réinvitent pas ce soir, je ne vais pas en connaître la véritable raison : ma danse ? Mon haleine ?   Mes cheveux tout particulièrement indisciplinés et qui sont venus leur chatouiller le nez? Ma conversation minimaliste ?

Tout ça ensemble ?

Ni gagnante, ni perdante. Une soirée plutôt plan plan. Sans reliefs.

Pas de Milonga HS, c'était plutôt moi en partie Hors Service.

Ce soir c'est Milong amour. Je n'ai toujours rien à me mettre (encore moins que hier même!), mes cheveux sont tout ébouriffés au sortir de la douche, mais, mais je mangerai ni oignons ni ail, je vais pouvoir leur parler de la fin'amor, en pays occitan ça s'y prête, et leur montrer ainsi mon sens très développé de l'à-propos. Peut-être danserai-je aussi ?

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans festivals

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Juan darienzo 11/05/2019 21:18

Toujours tres intéressante votre analyse Gribouille, je vous dis encore Bravo

gribouille 12/05/2019 09:19

Merci Juan d'intervenir ainsi. N'hésitez pas à nous raconter vos expériences de danseur en retour…:)