En passant...pour qu'on ne m'oublie pas (exhibition en mode numérique)

Publié le par gribouille

Avant que d'aller au Troca danser sur la musique d'Edouardlastar (ah… Edouard... c'est de la bonne humeur assurée et un personnage particulièrement attachant), je suis allée l'autre soir travailler mon entrechat sur les moquettes du  Centre Pompidou. La danse c'est comme le chant : on peut en faire n'importe où, quoique pas forcément aux mêmes endroits : si je chante sous la douche (au grand bonheur de mes voisins d'ailleurs, n'en doutons pas), je n'y danse pas. Et quand je danse sur la corde raide je ne le fais pas forcément en chantant. Je ne sais pas si je me devais de le préciser, mais comme c'est moi qui mène la danse par ici, et parfois par là (suivez mon regard), il n'y a pas de réclamation possible. Etre futile parfois c'est bon pour le cerveau (Oui.... j'attends maintenant  le jeu de mot…)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article