Journée lumineuse hier aux Nautes

Publié le par gribouille

J'y suis allée pensant n'y rester qu'une heure tout au plus, question de découvrir le lieu, et prendre le soleil. Et puis finalement, malgré la soif, le mal aux pieds, le pantalon sans ceinture qui tombait au fur et à mesure que je dansais et perdais en tour de hanche, malgré de ci de là l'attente d'une invitation, j'y ai passé la journée. 

Et même si je répugne  d'habitudes à utiliser ce mot   : du bonheur pour tous, n'en doutons pas, surtout quand il est en italique, une simple citation, un emprunt, pour donner forme. Des héritiers impatients avaient même, pour l'après-midi entier,  installé   mamie au soleil, qui de temps de temps remontait sa jupe, pour se gratter ou attirer le chaland, peut-être sa compassion. Mais qu'est-ce ? Je vous sers là du b/ragout de mauvaise langue bon marché. Vraiment. Trop facile. Mais quoi donc raconter quand tout a été si bon et si  riant. Jusqu'à la musique, moitié tradi, moitié nuevo. De quoi satisfaire tout le monde. (Et à ma grande honte, relative somme toute, tout de même je peux le confesser, -léger cas de conscience rétrospectif que j'appose entre parenthèses -, parce que je n'y ai à aucun moment pensé là-bas, je n'ai  pas versé mon obole dans le pot commun. Que le dieu du Tango m'absolve !)

En fin de journée une petite bière, la première de la saison, comme il y a la première cerise ou  la première fraise et à chaque fois cette formidable sensation de goûter de nouveau à la succulence de la vie. Ouf. ça ne sera jamais que temporaire, une suspension, -un retardateur même- mais de telles journées ont le pouvoir de dissiper toute humeur chagrine. Pourraient vous faire croire que tout encore est possible : la joie. Le rire. Des rencontres vivifiantes. Cela existe bel et bien, ce ne sont  pas que des leurres. Soyons prudents tout de même. Peut-être pas que des leurres.  Aimons. Ne nous attachons pas. La réalité reste d'une fragilité extrême. 

 

 

 

Publié dans Paris

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Violette 24/05/2018 22:05

Je connaissais les nautes de musique et les milles nautiques, les jeux inter-nautes, et naute voisin du dessous... Nauta Benais: tonton nautil ton tel ?

gribouille 27/05/2018 11:26

dans la mer ? on y trouverait un nautilus, non ?

Violette 26/05/2018 13:12

Astronaute ? Une étoile dans la mer ?

gribouille 25/05/2018 16:38

:):) et Nauta ment sans arrêt...

Alain 21/05/2018 19:10

Les Nautes ? je n'ai pas idée de que c'est; tu souhaites nous noyer en devenant ésotérique ?
Alors que tu étais aux Nautes, j'étais à Nantes. La bière appréciée en terrasse n'était pas une première mais elle avait le goût du bonheur, même sans italique. Tu sembles avoir pris ton pied aux Nautes ! J'en suis ravi ! Quant aux seniores qui remontent leurs jupes ou robes, je leur donne raison ! Qu'elles se fassent plaisir et toi aussi !

gribouille 22/05/2018 16:21

A une lettre près, on était au même endroit. En tout cas à partager la même activité:)

Claudine 21/05/2018 17:00

Les Nautes ? Mais qu'est ce donc ? Une nouvle milonga ?
Suis je devenue deja une "provinciale" ☺☺

gribouille 22/05/2018 16:20

:) ben oui alors... en quelques mois, une provinciale... les Nautes c'est un bar sur les quais et Néolonga (équipe de la Java) propose des milongas là bas.. tout simplement. hé ! il est temps de remonter par ici !!