L'ire tangueresque

Publié le par gribouille

Je plante le décor. Je l'ai eu deux heures d'affilée sous les yeux, il y avait des silhouettes qui s'agitaient dedans. Bon. Rien d'exceptionnel, pas de quoi en parler pendant des heures. Comme j'ai plus attendu que dansé, mes cuisses, fatalement découvertes, ont fini par coller au skaï de la banquette et mes yeux ont fini par se brouiller, - d'ennui. 

Rendement : quasiment nul. Rentabilité plaisir : 4/10 pour la musique. 

En plus, pour achever la bête, il y a un danseur qui est venu me faire l'article pour... ah oui ? deux secondes... pour quoi donc ? - une soirée très certainement  mortellement ennuyeuse vu que  je bâille  au bout de deux secondes de monologue du monsieur. J'ai fait ma polie. Ah ! ça a l'air d'etre bien. Ah ! c'est sympa. Ah ! Et puis il est parti inviter une danseuse. Ah ? 

....

Salutaires la crétinerie et la goujaterie. Je me suis levée. En colère. Non pas tant d'ailleurs parce qu'il ne m'a pas invitée et  qu'il a fait  la retape, mais parce que j'ai été trop bien élevée. J'ai eu le sentiment, violent, avec mes Ah et mon intérêt feint, d'avoir prostitué mon esprit, là, dans mon petit short et mes collants résille. 

Détestable sensation. 

Je suis partie avec des "crétin" pleins la bouche, expulsant mon dégout. J'ai continué pestant en défaisant l'antivol de mon vélo. "Crétin crétin" en enfourchant  mon vélo.

Et puis Mathilde est arrivée. 

Nous nous connaissions pas, nous avons échangé un peu, elle déçue également par cette semi-soirée et curieuse de savoir qui était ce crétin.

Du coup on est redescendues toutes les deux.  On a dansé, elle comme  guide ; toutes les deux reines de la piste, désertée pour l'occasion par les autres. On a ri. Je me suis détendue.

Ouf, finalement ça c'est bien terminé. 

Mais tout de même : quel crétin !

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Violette 24/05/2018 21:59

Quel crétin !

Claudine 23/04/2018 09:18

9h du matin en attendant mon RV radio je t'ai lu et savoure ce court instant d'evasion....