En free style, le tango sans code ou à décoder ?

Publié le par gribouille

Je peux tout en free style, me déhancher sans pudeur et  sans compter ( je sais : le trop est l'ennemi du bien, mais le médiocre est mon meilleur ennemi), décanter le sang  de ces aigreurs qui encrassent la machine, le cœur de sa mélancolie qui quoique soleil n'en reste pas moins noir... le free style ce sont corps et esprit libérés.  Rien que ça ? ben oui.. c'est la danse quoi !

Mais tu danses du tango sur de la musique qui n'est pas du tango. Et hier soir, dimanche, à la Java,  les djs, un tantinet rigolards, pervers peut-être même, inspirés en tous les cas, nous ont gatés : il y a eu des moments de perplexité chez certains danseurs qui se demandaient comment danser telle musique. Pour d'autres aucune hésitation, on improvise, on se laisse porter, on expérimente, le tango se fait inventif, rien ne lui résiste. C'est l'occasion de créer des néologismes, car le tango c'est ça, aussi, un répertoire de mots, après tu les agences as you like, comme tu peux aussi. Tu dissertes, ou poétises, rabaches ou bafouilles, chuchotes tes douceurs ou cries tes rages, tu proses ou déverses en roue libre . Bref, le tango en free style, c'est rigolo, c'est fun. 

En fait, tu ne te surveilles pas : pas de surmoi rabat-joie, pas de contrôles intempestifs au faciès, pas de pauses genre selfie "ouais, regarde comme je suis beau/belle". 

C'est pas non plus n'importe quoi, attention. Les codes changent mais  ne se figent pas. L'énergie circule, l'ambiance est gaie, revigorante. A la cool. Bien. Comme j'aime. Je peux faire gonfler la crinière, personne ne viendra me dire que je suis toute ébouriffée et qu'il manque un bouton à mon chemisier, un ourlet à mon pantalon, un boulon dans le caisson. Enfin, peut-être que ça s'est dit, mais au tango, on cause, on cause, mais en sourdine. Avec la musique, t'entends rien. De toutes manières suis blindée. Y peuvent causer, moi, je danse. Et quand je danse, je danse (et oui, j'ai des lettres en plus !).

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alain 29/01/2018 20:56

Belle femme d'expérience qui va jusqu'à citer Montaigne pour achever son texte. J'aime beaucoup le tango à l'état d'impro. Le lâcher-prise du corps et de l'esprit.
I like.

gribouille 30/01/2018 17:00

ben alors, si tu aimes, il faut t'y mettre...:)