Réservé aux messieurs

Publié le par gribouille

Faisons tout de même bonne mesure et bonne figure. Balançons. Egalisons. Je ne dirais pas : nuançons.  Comment un coup de gueule (http://www.bribes-de-tango.com/2017/11/reservee-aux-dames.html) pourrait faire dans la dentelle ? C'est un instantané, une réaction à presque chaud, un coup de chaud, une manière d'expulser un trop plein, je ne garde rien pour moi. 

Alors là, un réservé aux hommes, après le "réservée aux femmes" (vous noterez la terminaison féminime, sans justification. A ce stade on est loin de l'écriture inclusive. C'est de l'abus tout simplement.)

Messieurs, ne nous tenez pas rigueur  lorsque vous recherchez notre regard et que nous détournons le notre. Nous aussi, nous nous lassons. Un danseur qu'on avait pu apprécier peut finir par nous ennuyer, parce que la vie, les changements d'états d'âme, la sensibilité qui évolue, la danse aussi. Nous aussi, nous voulons être mises en valeur par de bons danseurs, sinon jeunes, du moins beaux, beaux dans la danse, élégants, impeccables - gravure de mode et autres,- mises en valeur par ces danseurs que toutes s'arrachent, rêvent d'avoir comme partenaires . Un mien ami (quoique le terme soit sans doute un peu forcé, un mien ami du tango, entendez par là somme toute une relation superficielle, quelques mots échangés, tout de même une connivence dans une certaine mesure) me parlait de l'effet miroir. Oui, dans le tango plus qu'ailleurs, parce que l'abrazo nous lie, nous expose aux regards,   nous, femmes, petits êtres fragiles pleins de vanité, qui portons aussi la forme entière de l'humaine condition, avons besoin de danseurs qui nous subliment. Tout autant avons nous besoin de conquérir de nouveaux cœurs, de tester notre pouvoir de séduction, d'éprouver notre capacité au bien danser, d'aimer largement, d'aimer sans relâche. Nous aussi, reines d'un soir, reines de pacotille,  - couronne en strass vacillant dans la danse,  bonnet de nuit  aux douze coups -,  vous passons devant sans vous regarder. Vous toisons si vous avez l'outrecuidance de venir nous inviter ouvertement, sans passer par la mirada. Nous vous avons dit oui. Nous vous disons non. 

Oui. Non. Nous pouvons être  aussi capricieuses et inconstantes, parce que nous ne sommes qu' atomes (intelligents) sur ce petit tas de boue, ballottés par nos désirs et humeurs, les hasards et les circonstances. 

Finalement nous sommes  faits pour nous entendre  provisoirement. Et le provisoire a ceci de bon : qu'il laisse toujours place à la nouveauté, l'inédit, renouvellement et éveil. La vie quoi !

 

Publié dans Pour vous messieurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alain 27/11/2017 17:20

Extra !
Intarissable... Riche, oui.
Je m'excuserais presque d'être non danseur et un mec, de surcroît. Bel esprit.

gribouille 27/11/2017 18:37

Excuse toi en effet... hahahaha
bon, mais tout ça pour quoi ?
Pour ne pas travailler. Que de feintes pour glander ? Et demain comment je fais moi ? je leur parle tango ?

Claudine 27/11/2017 13:28

Toi, tu es intarissable, surprenante de créativité sans cesse renouvelée même si c'est toujours le tango qui est le support de ta verve, de ton esprit.....Le tango est une danse riche et très vivante évoluant sans cesse : pas étonnant que vous vous soyiez rencontrés. ....

gribouille 27/11/2017 14:11

pfff. Il faut tout faire soi meme surtout . Aucun homme pour venir me rendre la pareille ! :) bon, tu as du voir que j'ai tenu compte de notre conversation d'hier. sinon... merci pour ton gentil com (tout de même, je peux faire ma polie)