On the road again

Publié le par gribouille

 

          

Je me suis promenée au cimetière du Père Lachaise, parmi les pierres et les marbres, les afflictions et les chagrins inhumés, les morts déjà poussière, pour certains oubliés depuis longtemps, et je me suis demandée si lorsque je lisais leur nom sur leur tombe, quelque part dans l'univers, je réveillais des consciences, si ma voix effleurait quelques esprits assoupis. L'un d'eux, sur un papier plastifié et détrempé par la pluie, nous conviait à prier pour lui et nous demander de ne pas le tourmenter. Une corneille s'est approchée et m'a observée. Mon ciré vert pomme avait dû l'attirer.

Et puis au détour d'un chemin, deux corps enlacés, une étreinte tout en mouvement, comme une danse sculpturale, qui a voulu saisir ce qui échappait déjà au monde des vivants, un élan pour ne pas être séparé, une fougue, figée dans la pierre pour nous simples mortels, et pour toujours entrain de dérouler les volutes des cœurs dans un au-delà inaccessible, où un tango, accompagné du choeur des anges, continue à chanter un amour qui ne meurt jamais.

Alors je me suis dit : il est temps.

Il est plus que temps que de retrouver tes chaussures de tango. 

On the road again

Just can't wait to get on the road again
The life I love is dancin' tango with my friends
 

Go ! Le festival de Bordeaux est au bout de la route. 

 

Publié dans festivals

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Claudine 10/05/2019 11:23

Ouf ! J'ai eu peur que tu aies attrapé le spleen dans ce cimetière parisien ! Heureusement ta pirouette finale m'a rassuré même si j'ai apprécié la profondeur de tes réflexions (comme toujours !). Tes boleos et le jeu de tes pieds sont aussi affutes que ta plume, mais la danse et en particulier le tango c'est ce qui nous fait sentir vivant
et célèbre le mieux la vie. Bises

gribouille 11/05/2019 19:20

Comme tout ceci est très joliment dit.

A. Ruellan 10/05/2019 08:24

Il est tant de personnes qui gisent sous les arbres du Père Lachaise, du cimetière de Lorette ou sous le pin parasol des bords de Sète. Oui, il est sans aucun doute grand temps. D'agir, de faire, d'être sur Terre.
C'est malheureusement lorsqu'on le réalise que nous sommes le moins en état de nous réaliser.
Si t'en as envie, t'en empêche pas, tant mieux, car il temps. Car il toujours trop tard.
Danse !

gribouille 11/05/2019 19:22

ah non, je refute ce 'il est trop tard". Il est toujours temps. :)